, article mise à jour - 18 min de lecture

Les caractéristiques de la Playstation 5 viennent d'etre dévoilées, voici notre analyse et notre bilan sur quelle plateforme de jeux va sortir en tête.

Sony mise beaucoup sur sa nouvelle console, la Playstation 5, tout comme Google avec sa plateforme de cloud gaming Stadia, voici notre comparatif entre Stadia et la PS5.

Stadia vs Playstation 5 : Sony dévoile les caractéristiques de sa Ps5

Sony a rompu son silence. Les spécifications de la PlayStation 5 sont désormais dévoilées. L'architecte système Mark Cerny a fait une présentation approfondie de la partie hardware et des nouveautés de la ps5, ainsi que des raisons pour lesquelles nous devrions nous attendre à un véritable saut générationnel par rapport à la PlayStation 4. Digital Foundry a eu la chance de regarder la conférence quelques jours à l'avance et a pu ensuite s'entretenir plus en détail avec Cerny sur la nature du matériel PlayStation personnalisé et sur la philosophie qui sous-tend sa conception.

Aujourd'hui, nous allons examiner ce que nous avons appris grâce à la diffusion vidéo de Sony, et dans un deuxième temps, nous allons approfondir et donner encore plus de détails sur les principaux points. En résumé, voici les principaux détails abordés aujourd'hui :

  1. Les spécifications techniques de la PlayStation 5 et son approche novatrice de "stimulation" des horloges de base.
  2. Les caractéristiques du GPU de la PlayStation 5.
  3. Comment le SSD contribue à la réalisation du rêve de la prochaine génération.
  4. Comment Sony aborde le stockage extensible.
  5. Une fidélité audio 3D sans précédent grâce au moteur audio 3D de Tempest.

Ce qui est intéressant dans cette présentation, c'est que Sony présente une vision de la prochaine génération qui reprend une partie de l'esprit pionnier de ses premières consoles, avec un objectif très précis : faire passer l'expérience de jeu à un niveau supérieur. Mais en même temps, le design reprend l'idée de la proximité avec les développeurs qui a fait le succès de la PlayStation 4. L'idée est que les développeurs soient à l'aise avec le matériel de la génération actuelle et puissent facilement maîtriser les bases de la PS5 et accéder aux fonctions supplémentaires de CPU, GPU et de stockage avant d'explorer les nouvelles fonctionnalités.

Les caractéristiques de la Playstation 5

Du point de vue du joueur, nous savons qu'il y a une soif presque irrésistible pour les spécifications techniques du processeur de la PlayStation 5 - et grâce à cette présentation, nous en savons maintenant beaucoup plus sur le processeur AMD personnalisé au cœur de la PlayStation 5. En réalité, Cerny s'est concentré sur l'expérience offerte par des fonctionnalités clés telles que le stockage SSD et le nouveau moteur audio Tempest - qui semble particulièrement intéressant - mais le niveau des spécifications est tel que c'est par là que nous allons commencer.

Coté CPU de la Ps5

Pour commencer, nous savons déjà que la PlayStation 5 utilise l'excellente technologie de processeur Zen 2 d'AMD, confirmant 8 cœurs physiques et 16 threads - mais nous savons maintenant à quelle vitesse ils sont synchronisés, la PS5 délivrant des fréquences allant jusqu'à 3,5 GHz. La discussion sur la nature des vitesses d'horloge du CPU et du GPU va nécessiter une explication minutieuse car Cerny a en fait décrit les fréquences comme étant "plafonnées". Pour le CPU, 3,5 GHz se situe à l'extrémité supérieure du spectre, et il suggère également que c'est la vitesse typique - mais dans certaines conditions, elle peut être plus lente.

Et le GPU

La version personnalisée du GPU AMD RDNA 2 de Sony comprend 36 unités de calcul fonctionnant à des fréquences plafonnées à 2,23 GHz, offrant ainsi une performance de calcul maximale de 10,28 To. Toutefois, si la fréquence de 2,23 GHz est la limite, elle peut baisser en fonction de la charge de travail qui lui est demandée. La PS5 utilise alors une horloge de boost - nous l'expliquerons plus loin - mais il est tout aussi important de se rappeler que les performances d'une unité de calcul RDNA dépassent de loin celles d'une PS4 ou d'une PS4 Pro équivalente, basée sur une architecture plus ancienne.

En fait, la densité de transistors d'une unité de calcul RDNA 2 est 62 % plus élevée que celle d'une PS4, ce qui signifie qu'en termes de nombre de transistors au moins, le réseau de 36 CU de la PlayStation 5 est équivalent à 58 CU de la PlayStation 4. Et n'oubliez pas, en plus, que ces nouvelles unités de calcul fonctionnent à une fréquence bien supérieure, du double de celle des unités de calcul PS4.

C'est quoi le Boost de la Playstation 5 ?

Il est vraiment important de clarifier l'utilisation des fréquences variables par la PlayStation 5. Elle est appelée "boost", mais elle ne doit pas être comparée aux technologies du même nom que l'on trouve dans les smartphones, ni même aux composants de l'ordinateur comme les processeurs et les GPU. Dans ce cas, les performances de pointe sont directement liées à la marge thermique, si bien que dans les environnements à température élevée, les fréquences d'images des jeux peuvent être plus faibles, parfois même beaucoup plus faibles. Cela est en totale contradiction avec les attentes d'une console, où l'on attend de toutes les machines qu'elles offrent exactement les mêmes performances. Pour être tout à fait clair dès le départ, la PlayStation 5 ne booste pas les horloges de cette manière. Selon Sony, toutes les consoles PS5 traitent les mêmes charges de travail avec le même niveau de performance dans n'importe quel environnement, quelle que soit la température ambiante.

Comment marche le Boost de la ps5 ?

Alors comment fonctionne le boost de la playstation 5 dans ce cas ? Pour faire simple, la PlayStation 5 reçoit un budget de puissance fixe lié aux limites thermiques de l'ensemble de refroidissement. "C'est un paradigme complètement différent", explique Cerny. "Plutôt que de fonctionner à une fréquence constante et de laisser la puissance varier en fonction de la charge de travail, nous fonctionnons à une puissance essentiellement constante et laissons la fréquence varier en fonction de la charge de travail."

Un contrôleur interne analyse la charge de travail sur le CPU et le GPU et ajuste les fréquences en conséquence. S'il est vrai que chaque pièce de silicium a des caractéristiques de température et de puissance légèrement différentes, le contrôleur de puissance se base sur le comportement de ce que Cerny appelle un "modèle SoC" (système sur puce) - un point de référence standard pour chaque PlayStation 5 qui sera produite.

"Plutôt que de regarder la température réelle de la puce de silicium, nous regardons les activités que le GPU et le CPU effectuent et fixons les fréquences sur cette base - ce qui rend l'ensemble déterministe et répétable", explique M. Cerny dans sa présentation. "Pendant que nous y sommes, nous utilisons également la technologie SmartShift d'AMD et envoyons toute la puissance inutilisée du CPU au GPU afin qu'il puisse extraire quelques pixels supplémentaires".

C'est une idée fascinante - et en totale contradiction avec les décisions de conception de Microsoft pour la série Xbox - et cela signifie probablement que les développeurs devront être attentifs aux pics de consommation électrique potentiels qui pourraient avoir un impact sur les fréquences et la baisse des performances. Cependant, pour Sony, cela signifie que la PlayStation 5 peut atteindre des fréquences de GPU bien plus élevées que prévu. Ces fréquences sont également beaucoup plus élevées que tout ce que l'on peut voir sur les pièces AMD existantes dans le secteur des PC. Cela signifie également que, par extension, il est possible d'extraire davantage de performances des 36 unités de calcul RDNA 2 disponibles.

Ne souhaitant pas établir de comparaisons avec le matériel existant, passé, présent ou futur, Cerny présente un scénario hypothétique intrigant - un noyau graphique de 36 CU fonctionnant à 1 GHz contre une partie théorique de 48 CU fonctionnant à 750 MHz. Les deux offrent des performances de calcul de 4,6TF, mais Cerny affirme que l'expérience de jeu ne serait pas la même. 

"Le seul inconvénient est que la mémoire du système est 33 % plus lente en termes de cycles, mais le grand nombre d'avantages fait plus que contrebalancer cela. Comme le dit un de mes amis, une marée montante soulève tous les bateaux", explique Cerny. "De plus, il est plus facile d'utiliser pleinement 36 CU en parallèle que 48 CU".

Le discours de Sony est essentiellement le suivant : un GPU plus petit peut être un GPU plus agile, plus souple, ce qui signifie que le cœur graphique de la PS5 devrait être capable de fournir des performances supérieures à celles que vous pouvez attendre, d'un nombre de TFLOPs qui ne couvre pas précisément les capacités de toutes les parties du GPU. Les développeurs travaillent aux limites de puissance du SoC, leur charge de travail affectant les fréquences à la volée - mais ce sont ces facteurs qui ont un impact sur les vitesses d'horloge, et non sur les températures ambiantes.

Cerny reconnaît que les solutions thermiques sur le matériel de la génération précédente n'étaient peut-être pas optimales, mais le concept de fonctionnement selon un budget de puissance défini facilite le concept de dissipation de la chaleur .

Le Ray Tracing de la PS5 vs Stadia

Le ray tracing est une des expressions clefs pour la nouvelle génération de console et de plateforme de cloud gaming. Pour rappel, le ray tracing est une facon de gérer la lumière dans les jeux vidéos notamment. Avant, dans un jeu, les développeurs devaient positionner une multitude de sources de lumières pour essayer d'éclairer correctement les lieux d'un univers, les calculs étaient très lourd et les résultats peu réaliste. Avec le ray tracing, une seule source de lumière peut suffire, comme dans notre monde avec le Soleil qui nous éclaire avec sa lumière directe mais aussi avec les reflets sur tous les objets de notre monde, tout en augmentant très fortement la qualité réaliste du rendu. En plus de ce coté plus réaliste, il est beaucoup plus simple pour les créateurs de jeux de n'avoir à disposer qu'une seule lumière globale et le reste est calculer par le GPU.

Bien que Cerny ne mentionne pas de technologies telles que le support de l'apprentissage machine (machine learning) ou le shading à taux variable, la PS5 offre en effet un ray tracing accéléré au niveau matériel via son Intersection Engine, qui, selon Cerny, est "basé sur la même stratégie que les prochains GPU PC d'AMD". Il y avait eu des spéculations sur un bloc externe, mais ce n'est pas le cas - comme le Navi de la prochaine génération et la Xbox Series X, le matériel RT est intégré dans les shaders et donc totalement intégré. Comme pour l'implémentation RDNA, PS5 aura accès au même type d'implémentation RT que nous avons vu dans l'espace PC - les réflexions, l'occlusion ambiante, les ombres et l'éclairage global sont une bonne combinaison.

Du coté du ray tracing de chez Stadia, celui ci est assuré par des GPU AMD aussi, le deuxième fabricant mondial de GPU. De ce coté là, Stadia se rapproche plus de l'offre de Geforce now, l'offre de nvidia, qui propose dans son offre payante, le ray tracing en 1080p. Qui sera le grand gagnant du ray tracing ? Nvidia avec Geforce now ou Stadia et AMD avec ses puces présentes dans les consoles Xbox serie X et dans la Playstation 5.

Stadia Vs Playstation 5

Maintenant qu'on a vu les caractéristiques de la playstation 5, notament avec sa nouvelle architecture, comparons maitenant cette puissance à celle de Stadia. Si on prend en compte le Teraflop comme puissance brute, la playstation 5 a une puissance de 10.28 Tflop alors que l'offre de stadia propose 10.7 Tflop. Donc finalement sur le papier l'offre de google offre plus de puissance brute de calcul, mais il ne faut pas oublier que sans maitrise la puissance n'est rien :) Une puissance avec plein de Tflop est bien mais si c'est mal utilisé, notament car l'architecture serait trop complexe à maitriser pour les développeurs de jeux, alors concrètement une plateforme avec moins de Tflop mais plus accessible offrirai alors de meilleurs rendus. 

Au niveau de la puissance pure de leur GPU les offres de Stadia et de la playstation 5 sont pour le moment équivalentes.

Concernant la mémoire RAM proposé par Stadia, l'offre comprend 16 Go de ram au total avec des caches L2 et L3 de 9.5 Mo, alors que la ps5 propose 16Go de ram, le meme chiffre me direz vous. Comme pour la puissance en Tflop le chiffre ne suffit pas, si on regarde la spécification de la RAM de la ps5, il s'agit de ram GDDR6 256bits, la plus rapide et plus formante des mémoires ram. 

Pour la RAM, cette fois ci c'est la playstation 5 qui prend l'avantage avec une ram de bien meilleur qualité et plus rapide.

Enfin, concernant le processeur de ces plateformes, notons que Stadia fourni un service poussé par des processeurs Intel alors que la playstation 5 s'appuie sur des processeurs de chez AMD. Chez Google, le processeur est un x86 avec une fréquence de 2.7 Ghz avec AVX2, alors que pour la PS5 le processeur est un 8 coeurs Zen 2 avec une fréquence de 3.5Ghz avec SMT.

Pour le processeur, c'est clairement la playstation 5 qui semble avoir l'avantage, avec son processeur multi coeur et avec une cadence plus élevé.

Bilan des offres, laquelle choisir entre Stadia et la PS5 ?

Maintenant qu'on a fini d'exposer les avantages de chacunes des plateformes, il est l'heure du bilan. Un gros inconnu reste le prix de la nouvelle console de chez Sony, qui devrait couter quelques centaines d'euros à payer en une fois puis la console vous appartiens, comme on a l'habitude depuis 30ans. En face de ca, l'offre de Google est différente puisque vous payez une location chaque mois, donc sur le court terme l'offre de Stadia coute moins cher, mais dans le cas d'une utilisation de la ps5 pendant plusieurs années, il y a fort à partier que la location de Stadia coute plus cher que l'achat de la console de Sony.

De plus, tant que des gros jeux n'ont pas encore été testé sur les deux supports il est difficile de tirer un bilan autres que d'après les puissances brutes des offres. Nous l'avons abordé plus haut dans l'article, mais selon la facilité d'utilisation de leur plateforme par les studios de développement, les jeux pourront etre plus "joli" sur une plateforme moins puissante.

En attendant la sortie publique de la playstation 5, c'est par forfait que l'offre de Google gagne. Nous mettrons à jour cet article au fur et à mesure que des informations ou des jeux sortiront sur ces plateformes.

Stadia vs Playstation 5 : Quelle est la plus puissance ?

A l'heure où nous écrivons cet article, mars 2020, la puissance des plateformes est comparée à partir des caractéristiques techniques brutes. Sur le papier la Playstation 5 est plus puissante que Stadia, notament par le processeur multi-coeurs (8 coeurs) cadencé à 3.5 Ghz. Au niveau de la puissance des GPU, c'est  l'offre de Stadia qui est légèrement devant la ps5 avec 10.7 Tflops contre 10.2 Tflops, mais Sony annonce avoir une nouvelle architecture pour sa partie GPU qui promet de mieux utiliser la puissance brute du GPU.

Stadia et playstation 5, quelle est l'offre la moins chère ?

Concernant le prix de ces 2 offres, cela dépend de votre utilisation car Google et Sony ont optés pour des modèles économiques différents. D'un côté, la Playstation 5 est une console qu'on achère une seule fois, le prix n'est pas encore connue quand nous écrivons cet article en mars 2020, alors que Stadia est une offre de location qui permet d'avoir un petit prix mais à payer chaque mois. Si vous êtes quelqu'un qui va jouer et garder plusieurs années sa console alors l'offre de la playstation 5 semble moins chère, à contrario si vous jouez de temps en temps ou que vous souhaitez avoir toujours une offre performante l'offre de stadia semble moins chère.

Quels sont les caractéristiques de la Playstation 5 ?

Sony vient de dévoiler officiellement les caractéristiques de sa future console, la Playstation 5, celle-ci sera propulsé par un processeur de chez AMD octo coeur cadencé à 3.5 Ghz. Au niveau du GPU, la nouvelle console de chez Sony utilise une architecture qui lui est propre de type RDNA 2 avec une puissance brute de 10.28 Tflops. Concernant la vitesse de lecture et d'écriture, la ps5 va aller très vite grace à son disque dur SSD de toute dernière génération qui permet d'atteindre des débits de 5.5 Go/s ce qui est très rapide, plus rapide que toutes les consoles actuelles et que beaucoup de disque SSD sur nos PCs. 

En rapport avec Stadia vs Playstation 5

Stadia vs playstation 5 Stadia vs ps5